Spark Cleantech lève 4 millions d’euros pour amorcer une première phase d’industrialisation

Presse
Exciting
13.10.2023

Spark Cleantech a anoncé ce jeudi 12 octobre avoir bouclé sa levée de fonds, avec 1,4 million d’euros apportés par Asterion Ventures et 2,6 millions d’euros en subventions et prêts, notamment de Bpifrance grâce au concours i-Lab.

Cette levée de fonds leur permettra notamment de renforcer leur équipe, investir dans la R&D, mettre sur pied leur premier démonstrateur et amorcer une première phase d’industrialisation.

Créée en 2022, Spark Cleantech a développé sa technologie dans un programme de maturation au sein des laboratoires de CentraleSupélec et du CNRS - Centre national de la recherche scientifique, notamment en collaboration avec Christophe Laux et le laboratoire EM2C. "Cette période nous a permis de lancer les premiers développements en vue du premier démonstrateur que nous concrétisons et finalisons aujourd’hui avec la levée" commente Erwan Pannier ✊🌱 Pannier, CTO et co-fondateur.

L’ambition de Spark Cleantech est d’offrir aux industriels une solution alternative et décarbonée à la combustion d’énergies fossiles.

Mais à ce jour, l’hydrogène reste majoritairement produit par le procédé de reformage vapeur qui génère d’importantes émissions de CO2 ; ou bien par électrolyse de l’eau, qui implique une forte consommation électrique.

La solution développée par Spark constitue une troisième voie prometteuse et doublement vertueuse : elle consomme jusqu’à cinq fois moins d’électricité que l’électrolyse et n’émet pas de CO2 ; l’ensemble du carbone est séquestré sous forme solide.

Spark, une réponse aux enjeux de décarbonation de l’industrie

Le procédé Spark de plasmalyse nano-pulsée, développé au sein des laboratoires de CentraleSupelec, dissocie le méthane en hydrogène d’un côté et en carbone extrait sous forme solide de l’autre, le tout avec une consommation électrique faible. Spark ouvre ainsi la voie à la production compétitive d’hydrogène décarboné.

100% de l’intrant est valorisé dans le procédé Spark : l’hydrogène comme énergie et le carbone comme matériau, ce qui optimise fortement l’intérêt économique d’ensemble. Cela permet donc de répondre à la fois à la problématique du coût de production de l’hydrogène mais aussi à celle d’un hydrogène plus « vert ».

À l'échelle mondiale, c'est toute une nouvelle filière industrielle de plasmalyse qui émerge, et renforce l’utilisation de l’hydrogène comme alternative compétitive à la combustion des énergies fossiles. Le procédé Spark de plasmalyse nano-pulsée en est la nouvelle génération, et doit s’inscrire dans la politique de réindustrialisation de la France.

L’objectif de la start-up est de déployer à grande échelle des modules décentralisés de production d’hydrogène et de carbone solide, avec une première unité commerciale visée en 2025.

No items found.
Pour plus d’informations
D'autres news qui pourrait vous intéresser
Appel à candidatures | Entrepreneurs visionnaires, rejoignez l’accélérateur de CentraleSupélec !
En savoir plus
Accélérateur: NcodiN lève 3,5 millions d'euros pour révolutionner les processeurs IA dans l'industrie des semiconducteurs avec une technologie avancée d'interposeur optique
En savoir plus
Accélérateur: Félicitations à Rewake et Highcast lauréats #Spring50 !!
En savoir plus
Retour à la newsroom

Spark Cleantech lève 4 millions d’euros pour amorcer une première phase d’industrialisation

October 13, 2023
Exciting
La startup est spécialisée dans la production d’hydrogène décarboné. Accompagnée par l’accélérateur 21st, elle est issue des laboratoires de CentraleSupélec.

Spark Cleantech a anoncé ce jeudi 12 octobre avoir bouclé sa levée de fonds, avec 1,4 million d’euros apportés par Asterion Ventures et 2,6 millions d’euros en subventions et prêts, notamment de Bpifrance grâce au concours i-Lab.

Cette levée de fonds leur permettra notamment de renforcer leur équipe, investir dans la R&D, mettre sur pied leur premier démonstrateur et amorcer une première phase d’industrialisation.

Créée en 2022, Spark Cleantech a développé sa technologie dans un programme de maturation au sein des laboratoires de CentraleSupélec et du CNRS - Centre national de la recherche scientifique, notamment en collaboration avec Christophe Laux et le laboratoire EM2C. "Cette période nous a permis de lancer les premiers développements en vue du premier démonstrateur que nous concrétisons et finalisons aujourd’hui avec la levée" commente Erwan Pannier ✊🌱 Pannier, CTO et co-fondateur.

L’ambition de Spark Cleantech est d’offrir aux industriels une solution alternative et décarbonée à la combustion d’énergies fossiles.

Mais à ce jour, l’hydrogène reste majoritairement produit par le procédé de reformage vapeur qui génère d’importantes émissions de CO2 ; ou bien par électrolyse de l’eau, qui implique une forte consommation électrique.

La solution développée par Spark constitue une troisième voie prometteuse et doublement vertueuse : elle consomme jusqu’à cinq fois moins d’électricité que l’électrolyse et n’émet pas de CO2 ; l’ensemble du carbone est séquestré sous forme solide.

Spark, une réponse aux enjeux de décarbonation de l’industrie

Le procédé Spark de plasmalyse nano-pulsée, développé au sein des laboratoires de CentraleSupelec, dissocie le méthane en hydrogène d’un côté et en carbone extrait sous forme solide de l’autre, le tout avec une consommation électrique faible. Spark ouvre ainsi la voie à la production compétitive d’hydrogène décarboné.

100% de l’intrant est valorisé dans le procédé Spark : l’hydrogène comme énergie et le carbone comme matériau, ce qui optimise fortement l’intérêt économique d’ensemble. Cela permet donc de répondre à la fois à la problématique du coût de production de l’hydrogène mais aussi à celle d’un hydrogène plus « vert ».

À l'échelle mondiale, c'est toute une nouvelle filière industrielle de plasmalyse qui émerge, et renforce l’utilisation de l’hydrogène comme alternative compétitive à la combustion des énergies fossiles. Le procédé Spark de plasmalyse nano-pulsée en est la nouvelle génération, et doit s’inscrire dans la politique de réindustrialisation de la France.

L’objectif de la start-up est de déployer à grande échelle des modules décentralisés de production d’hydrogène et de carbone solide, avec une première unité commerciale visée en 2025.

Maddyness
Les Echos
Inscrivez-vous à notre newsletter
Vous êtes bien inscrit à notre newsletter
Oops! Something went wrong while submitting the form.
En m'inscrivant à cette newsletter, j'accepte la politique de gestion des données de CentraleSupélec.

🌎 Candidatez pour rejoindre le programme d'accélération de 21st by CS → Toutes les infos ici